Le protoxyde d’azote (N20), le gaz utilisé dans les recharges pour siphons à chantilly, est aussi utilisé pour ses effets euphorisants. Il est devenu la nouvelle drogue du moment. En vente dans les grandes surfaces pour moins d’un euro, le protoxyde d’azote contenu dans la cartouche est inhalé dans un ballon. Cet usage est de plus en plus répandu. C’est même le troisième produit psychoactif le plus consommé chez les étudiants devant la codéine, l’ecstasy et la cocaïne.

Comme l’alcool, sa consommation devient un rite. En soirée, vous remplissez vos ballons et vous trinquez. On va tous inhaler en même temps et ça va être le fou rire général. Un rire qui peut malheureusement vite devenir jaune. Car ces petites cartouches métalliques grises ne sont pas sans risque, elles peuvent même se révéler très dangereuses.

Les effets secondaires du protoxyde d’azote sont connus. Ils peuvent durer de quelques heures à quelques jours après l’inhalation. Cela va des maux de tête aux nausées et vomissements, en passant par des crampes abdominales et des diarrhées. Des consommations répétées ou régulières peuvent entraîner de graves troubles cardiaques ou une atteinte de la moelle épinière. L’association du protoxyde d’azote avec des verres d’alcool ou des boissons énergisantes s’avère détonante, entraînant parfois un emballement du cœur et pas mal de dégâts.

Enfin, le protoxyde d’azote peut entraîner des effets néfastes pour la santé, provoquant même des décès en cas de surdosage. Une bonne dizaine de morts ont déjà été recensés en Angleterre et au moins deux en France.

Soyez donc conscients des dégâts que le gaz hilarant peut provoquer. Parlez-en à vos amis qui en consomment et soyez toujours prêt à appeler le 112.